À quoi sert la recherche de financement professionnel ?

Une des premières problématiques pour un professionnel qui crée ou rachète une entreprise ou qui rachète un commerce ou une entreprise existante, réside dans la recherche de financement. Bien souvent, les chefs d’entreprise ne disposent pas d’un apport suffisant pour financer intégralement leur projet. C’est pour cette raison que les professionnels se tournent vers leur courtier en financement ou vers leur organisme bancaire.

Pourquoi faire appel à un courtier en crédit professionnel ?

Malheureusement, les nouvelles règles prudentielles ont contraint les établissements bancaires à devenir plus stricts sur leurs conditions d’octroi de crédit. Par ailleurs, le financement des professionnels passe par le recours à la contraction d’un prêt professionnel auprès d’une banque ou dans certains cas à plusieurs emprunts.

Votre courtier en crédit professionnel met tout en oeuvre pour vous obtenir une offre de financement le plus rapidement possible dans le cadre de vos projets de création d’entreprise, de rachat, création de fonds de commerce, acquisition ou construction de locaux professionnels…

Comment constituer son dossier de financement ?

Dans tous les cas, quelle que soit la situation financière du déposant, il faudra constituer un dossier de financement complet et respectant scrupuleusement un certain formalisme. Celui-ci sera ensuite analysé avec attention par les établissements financiers. C’est notamment pour cette raison qu’il est conseillé d’avoir recours à un professionnel spécialisé dans le montage de ces dossiers, comme un courtier spécialisé. Ce professionnel expérimenté est doté de l’expérience nécessaire pour monter le dossier à la place du client, qui n’a pas toujours les connaissances suffisantes ou qui manque simplement de temps pour le constituer.

Dans un second temps, il sera nécessaire de monter un business plan détaillé présentant le projet, ses objectifs à moyen et long terme, ses développements possibles, qui présente également le parcours professionnel du dirigeant. Dans le cas d’une reprise d’entreprise, il faudra également présenter le bilan, la situation juridique, l’historique de l’entreprise, la liste des salariés ou encore le bail commercial.

Pour ce qui est du créateur ou du repreneur, son expérience en tant que professionnel constitue également un critère déterminant dans la prise de décision par l’établissement bancaire.

En quoi le taux d’endettement compte dans votre financement pro ?

Le taux d’endettement permet de mesurer le niveau d’endettement de votre entreprise en comparaison avec vos fonds propres. Les banques accordent une importance particulière à cette variable puisqu’elle permet entre autres :

  • De savoir dans quelle mesure vous engagez vos fonds personnels dans votre projet (de cette manière, plus vous apporterez de fonds propres dans votre entreprise, plus vous démontrerez la confiance que vous avez dans la réussite de votre projet d’entreprise) ;
  • Et également de vérifier le niveau de solvabilité de votre établissement (les fonds propres constituent une valeur sûre pour les établissements financiers).

Quel est le taux d’endettement de votre entreprise ?

On calcule de la manière suivante le taux d’endettement d’une entreprise :

Le taux d’endettement correspond à la somme des dettes financières divisées par vos capitaux propres.

Il faut inclure dans les dettes le montant que vous demandez dans votre financement ainsi que :

  • Les comptes courants de vos éventuels associés qui ne seraient pas bloqués ;
  • Les éventuelles autres dettes que vous contractez…

Quel doit être le taux d’endettement de votre entreprise ?

Dans les très bons dossiers, le taux d’endettement ne dépasse pas 30%. Les dossiers moyens ont généralement un taux compris entre 30 et 75%. Enfin, les dossiers risqués dépassent les 75% d’endettement.

Les dispositifs d’aide de l’état en matière de financement pro

Dans certains secteurs géographiques, pour relancer l’activité économique, les autorités accordent à certains créateurs ou repreneurs différents dispositifs d’aides financières. Il peut s’agir de :

Prêt à taux zéro et sans garantie Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’Entreprise).

Il s’agit d’un prêt spécifique destiné aux demandeurs d’emploi, aux bénéficiaires des minima sociaux (ASS, RSA) ou aux entrepreneurs en-dessous d’un certain âge.

Aide à la reprise et à la création d’entreprise (Arce) accordée par Pôle emploi.

Cette aide vise les demandeurs d’emploi qui bénéficient d’une exonération de charges sociales (Accre). Elle correspond à 45 % du montant du reliquat de l’allocation chômage au moment du démarrage de l’activité.

PCE : le Prêt à la Création d’Entreprise

Le PCE est un crédit sans garantie ni caution dont le montant varie entre 2 000 € et 7 000 €. Il est remboursable sur 5 ans et peut être cumulé avec d’autres aides.

Prêt d’honneur

Cette aide sert aux créateurs ou repreneurs qui ne disposent pas d’un apport financier suffisant pour qu’on leur accorde un prêt professionnel. Il permet de faciliter l’accès au crédit bancaire et donner plus de crédit au projet grâce au montage minutieux du dossier qui ensuite sera présenté devant un jury.

Laisser un commentaire

Fermer le menu